Yannick Haenel, Jan Karski, L'infini, Gallimard, Paris, 2009.

Publié le par ANTIGONE



Roman. Rentrée littéraire 2009. 

Ce livre est le récit de la vie de Jan Karski, résistant et Juste pendant la Seconde Guerre mondiale. Jan Karski est le messager de la Pologne libre dont le gouvernement est en exil à Londres. Il traverse plusieurs fois l'Europe et va jusqu'aux Etats-Unis pour informer les gouvernements de la situation réelle en Pologne. Il rencontre Roosvelt à Washington. Trente-cinq ans après, il raconte son expérience devant la caméra de Claude Lanzmann pour son film Shoah. 

Ce court résumé n'est qu'une part infime de la vie de Jan Karski. 

Ce livre m'a beaucoup dérangé, surtout par son procédé d'écriture. Le premier chapitre reprend les paroles du film Shoah. Dans le deuxième chapitre, Yannick Haenel résume le livre que Jan Karski a lui même écrit. Le troisième et dernier chapitre est une pure fiction de l'auteur. Ce mélange est, pour moi dérangeant. Ce n'est ni une biographie, ni un roman. Je pense que je n'ai pas compris le principe et surtout le but de ce livre. Après avoir fait un petit tour sur Internet, je me suis rendu compte que je n'étais pas la seule à avoir quelques réticences sur ce livre. 
 
Voici la vidéo d'une interview de Yannick Haenel. (éd. Gallimard)



A lire sérieusement. 

Publié dans à lire sérieusement

Commenter cet article

Stalker 30/01/2010 23:28


Sur ce livre, voir le lien.


Thierry 08/09/2009 08:46

Je pense que le livre sert à répondre à la question de Paul Celan en exergue : "Qui témoigne pour le témoin ?"
Il ne faut pas chercher plus loin et accorder à l'auteur d'être de bonne foi ! La construction du livre est donnée clairement dès le départ et on voit bien ce que chaque chapitre apporte comme réponse à la question.