Michèle Halberstadt, Café viennois, Le livre de poche, Paris, 2006.

Publié le par ANTIGONE



Roman.

Clara, journaliste, décide de partir avec sa mère, Frieda, à Vienne. Ce voyage est l'occasion de revenir sur l'enfance de Frieda, une enfance heureuse jusqu'à la guerre. Les deux femmes parlent beaucoup, se redécouvrent. Clara fait enfin la lumière sur l'enfance de sa mère, faite de fuites, de malheur, de menus espoirs et de grandes peines.

Dans ce roman, tous les souvenris sont exprimés sans pathos. La relation entre la mère et la fille est magnifique, mélange de confiance et de défiance. L'Histoire se mêle à l'histoire familliale. L'écriture est simple et sensible. Je vois très bien ce roman adapté au cinéma. Un film est d'ailleurs très présent tout au long du roman, Le troisième homme de Carol Reed (1949).


"Frieda avait fixé le départ au mardi suivant. Clara aurait trouvé plus logique de partir la veille mais elle s'abstint de protester, connaissant les superstitions de sa mère."

"Goulash et polenta. Ce n'était pas un dîner très diététique mais Clara s'était régalée à redécouvrir des plats qu'elle n'avait pas goûtés depuis qu'elle avait quitté la maison de ses parents."

Journaliste de formation, Michèle Halberstadt a travaillé à Radio 7 puis à Première comme rédactrice en chef. Elle produit ensuite de nombreux films au sein de ARP. Elle a également participé à l'écriture de scénario dont celui des Blessures assassines. "Café viennois" est son troisième livre après "Prends soin de toi" (Flammarion, 1991) et "Adjani aux pieds nus" (Calmann-Lévy, 2002).

A lire le matin au réveil. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luna 29/10/2012 08:14


Une histoire que j'ai trouvé très agréable bien qu'elle reste assez mystérieuse. J'ai passé un bon moment avec ce livre !