Agota Kristof, Hier, Points, Seuil, Paris, 1996.

Publié le par ANTIGONE


Roman.

Voici un autre roman d'Agota Kristof, auteure que j'aime de plus en plus. Après Le grand cahier, La preuve et Le troisième mensonge, voici donc Hier.

Tous les jours, Sandor Lester travaille dans une fabrique d'horloge, à la chaîne. Il ne supporte plus cette vie après laquelle il court dès 5 heures du matin. Le samedi, il retrouve Yolande, qu'il n'aime pas vraiment. Pour survivre, il pense à une femme idéale, Line. Il va passer ses moments de loisirs à partir à sa recherche, jusqu'au jour où il va se trouver dans le même bus que cette femme qui surgit de son passé d'exilé. 

Simple, touchant, émouvant, sobre. On retrouve la même atmosphère que dans la trilogie. De nombreux thèmes sont également repris : la souffrance, l'exil, l'amour du pays maternel et surtout l'amour de l'écriture. La condition de migrant, la solitude , la question du sens de la vie, tout est là, tout simplement.

"Yolande, je l'ai rencontrée en achetant des chaussettes. Des noires, des grises, des chaussettes de tennis blanches. Je ne joue pas au tennis. Yolande, je l'ai trouvée très belle la première fois. Gracieuse. Elle penchait la tête en présentant les chaussettes, elle souriait, elle dansait presque."

"Je suis né dans un village sans nom, dans un village sans importance." 

S'il n'y a avais qu'un seul livre à lire.

Commenter cet article

claudialucia ma librairie 29/09/2014 14:57


Je viens de découvrir l'auteure avec Hier et c'est égal. Ces deux livres m'ont beaucoup touchée. Il va falloir que je lise Les jumeaux!

agathe 13/03/2011 12:15



Je ne connais pas! Je le note!!



ANTIGONE37 13/03/2011 12:26



Du très grand art, comme tous les livres de cette auteure !