Elisabeth Badinter, Fausse route, Odile jacob, Paris, 2003.

Publié le par ANTIGONE37

DSCF3474
Essai.

Une fois n'est pas coutume, je vous livre la quatrième de couverture du livre écrit par Elisabeth Badinter.

"Les stéréotypes d'antan, pudiquement appelés "nos repères", nous enfermaient  mais nous rassuraient. Aujourd'hui, leur éclatement en trouble plus d'un. Bien des hommes y voient la raison de la chute de leur empire et le font payer aux femmes. Nombre d'entre elles sont tentées de répliquer par l'instauration d'un nouvel ordre moral qui suppose le rétablissement des frontières. C'est le piège où ne pas tomber sous peine d'y perdre notre liberté, de freiner la marche vers l'égalité et de renouer avec le séparatisme.
Cette tentation est celle du discours dominant qui se fait entendre depuis dix ou quinze ans. Contrairement à ses espérances, il est peu probable qu'il fasse progresser la condition des femmes. Il est même à craindre que leurs relations avec les hommes se détériorent. C'est ce qu'on appelle faire fausse route."

Comme souvent, à la sortie d'un de ces livres, les propos d'Elisabeth Badinter provoque des débats nourris.

Le féminisme des années 2000 est monolithique. Il est également très fortement influencé par des théoriciennes américaines comme Andrea Dworkin ou Catharine Mac Kinnon, complètement anti-homme.

En bref, le féminime actuel fait fausse route et se trompe de combat.

Le féminisme, selon Elisabeth Badinter, doit viser l'égalité absolue entre les hommes et les femmes ; et c'est bien là que réside le problème. Elle reproche au féminisme séparatiste d'aujourd'hui (les femmes victimes contre les hommes bourreaux) d'avoir abandonner cette idée d'égalité en reléguant systématiquement la femme au rang de victime.

Toutes les questions soulevées par Elisabeth Badinter remettent en cause nos modes de pensées qui nous ont été imposées depuis les années 1980.

Les réactions des associations féminines et féministes ont été violentes suite à la parution de cet essai. Il faut accorder un certain courage à Elisabeth Badinter pour aborder un tel sujet, très ancré dans nos civilisations et complètement à contre-courant de la pensée actuelle.

Comme toujours, un très bon essai, très bien écrit, que je recommande vivement.

A lire sérieusement.

Publié dans à lire sérieusement

Commenter cet article

Véro 22/03/2010 21:29


Je ne me sens pas en jambe pour lire un essai ces temps-ci ... magnifique photo de jonquilles !


ANTIGONE37 22/03/2010 22:51


Merci. Ca sent le printemps dans mon jardin !