Stefan Zweig, Le voyage dans le passé, Le livre de poche, Paris, 2010.

Publié le par ANTIGONE37

9782253133148FS

Nouvelle.

 

"Te voilà !" dit-il en venant à sa rencontre les bras ouverts, presque déployés. "Te voilà", répéta-t-il et sa voix grimpa dans les aigus, passant de la surprise au ravissement, tandis qu'il embrassait tendrement du regard la silhouette aimée. "Je craignais tant que tu ne viennes pas !"


C'est par ces quelques mots que commence cette merveilleuse nouvelle de Stefan Zweig. D'abord parue en 1929 sous la forme d'un fragment dans un recueil collectif, la version que nous pouvons lire aujourd'hui a été retrouvée de nombreuses années plus tard. Cette nouvelle est restée inédite en France jusqu'en 2008. Elle est présentée ici avec la version originale en allemand (très bonne idée quand on est capable de lire en allemand).

 

Louis est un jeune homme pauvre qui vit chez son bienfaiteur. Il est employé comme secrétaire mais devient rapidement son homme de confiance. Il tombe follement amoureux de sa femme. Au même moment, il est envoyé au Mexique par son patron afin de prendre la direction d'une nouvelle entreprise. L'éclatement de la Première Guerre mondiale empêche Louis de retourner sur le continent européen. Après neuf ans d'absence, le couple se retrouve enfin. S'aiment-ils toujours ou entretiennent-ils l'illusion de s'aimer ?

 

Ce court texte est d'abord une histoire forte et somme toute universelle. On retrouve à travers ces pages tout l'univers de Stefan Zweig : son génie de décrire la psychologie des personnages, l'art de décrire les sentiments, de sublimer les amours. Le questionnement intérieur des personnages et surtout de Louis, m'a ébranlé. On ne connaît que très peu de choses des protagonistes. Pourtant, tout nous semble familier, leurs gestes, leurs paroles, leur silhouette. Stefan Zweig manie l'art de la description  avec tant de génie que j'en suis toujours autant éblouie. On touche du bout des doigts la perfection littéraire.

 

Au delà de la simple histoire d'amour, Stefan Zweig touche à d'autres thèmes : l'ambition de Louis, la société allemande du début du 20ème siècle, le changement, la résignation et d'une certaine manière le bonheur illusoire de vivre dans le souvenir de l'être aimé.

 

Je voudrais terminer ce billet par un autre passage du livre qui fait le description de cette femme amoureuse, Elle.


"Une sorte de douceur ferme, de sereine conscience de soi, quelque chose d'apaisant, se dégageait de ce visage, une clarté irradiait de son front pur qui, encore dans l'éclat de sa jeunesse, portait presque avant l'âge la raie austère de la matrone, séparant une sombre chevelure qui tombait en ondulations profondes, tandis qu'à partir du cou, une robe, sombre également, enserrait ses épaules rondes : son éclat apaisant rendait son visage encore plus radieux."


S'il n'y avait qu'un seul livre à lire ... 

 

 

Commenter cet article

agathe 13/03/2011 12:12



Je ne l'ai pas lu celui-là!


Mais j'adore Zweig! As-tu lu Le joueur d'échecs?



ANTIGONE37 13/03/2011 12:25



Oui et j'ai ADORE ! Je suis complètement folle de cet auteur, sa façon de voir le monde, les femmes, les relations entre les gens, ...