Embrasse-moi idiot

Publié le par ANTIGONE37

EMBRASSE%20MOI%20IDIOTOn continue dans la série des vieilles comédies américaines par une découverte et un vrai petit bonheur : Embrasse-moi idiot de Billy Wilder. On connaît beaucoup d'autres comédies de ce cinéaste, Certains l'aiment chaud, La garçonnière, Irma la douce ou Sept ans de réflexion. Ce film, écrit au départ pour Marylin Monroe (mais qui décéda avant le tournage) et Peter Sellers (qui fit une crise cardiaque après quatre semaines de tournage, l'obligeant à abandonner), est une comédie irrésistible.

 

Dino, un crooner un peu sur le retour, tombe en panne à Climax, dans le Nevada. Il fait alors la rencontre d'Orville Spooner et de Barney Milsap. Le premier donne des leçons de piano et le second est garagiste. Leur passe-temps commun est de composer des chansons. Leur rêve : que Dino les chante. Barney décide alors de saboter sa voiture pour lui faire passer la nuit chez Orville. Un seul problème : Orville est extrêmement jaloux et Dino est un séducteur attiré par Zelda, sa femme. Barney a alors l'idée de faire jouer le rôle de Zelda par Polly, une prostituée qui travaille dans un bar.

 

19172215 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20090922 102636Ce film est une comédie très drôle qui tourne en dérision la petite bourgeoisie bien pensante des villes de province américaines. La "Ligue catholique pour la décence" et la "moral majority" condamnèrent d'ailleurs ce film pour débauche et en interdirent la projection dans certaines salles. Autant dire que l'excès de zèle de l'époque est complètement dépassé !

 

La scénario alterne entre des moments de folle tendresse et des passages plus sordides (le travail de Polly dans le bar à hôtesses, notamment). Les relations entre les personnages sont bouleversées et c'est toute la panoplie des comportements humains et des sentiments qui sont le centre de l'histoire. 

 

EMBRASSE-MOI-IDIOT-KISS-ME-STUPID-1964 diaporamaSous un prétexte presque futile (l'accession ratée à la gloire de deux badauds), Billy Wilder réussit très habilement à transporter le spectateur. La petite ville de Climax ("orgasme" en français) devient alors le théâtre de rebondissements farfelus.

 

EMBRASSE-MOI-IDIOT-KISS-ME-STUPID-1964 reference

 

A la fois drôle et tendre, ce film sublime les acteurs et notamment  Kim Novak, exemplaire dans le rôle de Polly, tour à tour enfantine et terriblement séduisante.

 

embrasse-moi-idiot-tou-01-g

Kim Novak et Billy Wilder

 

 

Le titre du film est la dernière réplique qui clôture le long métrage : elle est prononcée par Zelda Spooner à l'attention de son mari.

 

Distribution :

  • Dean Martin : Dino
  • Kim Novak : Polly the Pistol (Polly la Tigresse dans la version française)
  • Ray Walston : Orville J. Spooner
  • Felicia Farr : Zelda Spooner
  • Cliff Osmond : Barney Milsap
  • Barbara Pepper : Big Bertha
  • Dorro Merande : Mme Pettibone
  • Howard Mc Near : Mr Pettibone
  • Henry Gibson : Smith
  • Alan Dexter : Wesson
  • James Ward : Le laitier
  • Tommy Nolan : Johnny Mulligan

Publié dans On se fait une toile

Commenter cet article