Sergio Pitol, La vie conjugale, Gallimard, Folio, Paris, 2009.

Publié le par ANTIGONE37

9782070379514
Roman.

Jacqueline Lobato est mariée à Nicolas, un homme d'affaire ambitieux. Elle s'ennuie profondément. Loin d'être un roman classique où l'auteur se plaît à décrire le quotidien raté de cette femme, Sergio Pitol prend un malin plaisir à déconstruire leur histoire d'amour. 

Le récit commence le jour où Jacqueline s'aperçoit qu'elle serait bien plus heureuse et épanouie sans son mari. Elle envisage donc de l'éliminer physiquement. Elle décide pour cela de prendre un amant, ou plutôt des amants. Il y a d'abord Gaspar, un cousin, puis David et Gianni.

Malgré des plans "parfaits" échafaudés par Jacqueline, les circonstances de la vie font que, parfois, rien ne se déroule comme prévu. 

L'écriture de cette "fable" (la morale est surprenante) très moderne est drôle. Cette femme qui semble si rigide, coincée par son milieu, son éducation, sa vie trop étriquée, se révèle être une parfaite criminelle en herbe. Derrière la vie rangée de la bourgeoisie, se cache le malheur, la souffrance et les rancoeurs.

Tout le récit est au style indirect, ce qui freine un peu la lecture, surtout au début. Les aventures de Jacqueline Lobato sont tellement amusantes qu'on se laisse peu à peu absorber par le récit. Une sorte de compassion pour le personnage s'installe. De nombreuses phrases font références directement à notre vie personnelle, parfois si simple, même si elle nous paraît compliquée.

Je suis conquise par ce nouvel auteur découvert grâce au salon du livre de Paris qui avait mis à l'honneur le Mexique cette année.

"De temps en temps, Jacqueline se rendait dans une librairie et achetait trois ou quatre nouveautés. Avec de gros efforts, elle les feuilletait, lisait les quatrièmes de couverture et se donnait l'impression de tenir sa culture à jour."

"Chaque fois qu'elle s'apercevait dans le miroir, elle subissait un nouveau choc. Son visage était congestionné et ses yeux à demi clos, de vrais yeux de rat, laissant deviner un regard lamentable. Ses pleurs ne purent l'affranchir de l'opression vécue pendant les sept années de mariage qu'elle avait aujourd'hui le malheur de fêter."

Sergio Pitol est né en 1933 à Mexico. Il parcourt le monde en temps que diplomate. Après avoir reçu de nombreux prix, il est honorer du prix Cervantès en 2005. Il est l'auteur aussi de "Parade d'amour" et de "Mater la grâce divine" qu'il me tarde de découvrir.

A lire par un dimanche maussade.

 

Commenter cet article

Grimmy 28/01/2010 00:02


Je note également ! Ca a l'air intéressant.


ANTIGONE37 28/01/2010 17:27


C'est un très beau roman. Je pense que je vais bientôt me procurer les autres livres de cet auteur.


Isa 11/01/2010 13:52


Tu mets ma curiosité en éveil avec ce billet.
Je note cet auteur que je ne connais pas.


ANTIGONE37 11/01/2010 20:03


Je crois que je vais rapidement me procurer les autres opus de cet auteur !


Véro 09/01/2010 18:33


Ah ben ça va alors ... j'ai ingurgité 100 pages de proust, ça ne peux pas être pire !


Véro 09/01/2010 18:14


Tu dis que c'est écrit au style indirect ... pas dialogue dans le livre ? Ce n'est pas un peu long du coup ?


ANTIGONE37 09/01/2010 18:17


Il y a quelques passages avec des dialogues mais vraiment très très courts ! Le début est un peu long long : l'introduction des personnages, le décor ... mais après, ce n'est que du bonheur !
L'auteur est très drôle et du coup, on ne s'ennuie pas. Il faut juste passer les 20 ou 30 premières pages !