Truman Capote, De sang froid, Gallimard, Folio, Paris, 1966.

Publié le par ANTIGONE37

Après des mois loin des bibliothèques et des librairies, je reprends enfin le chemin de mon clavier et de mes petits carnets où je note mes impressions de lecture. Quel bonheur de se plonger dans un livre, sans espoir de retour, loin des tumultes.

 

Je continue ma découverte de ce fabuleux auteur qu'est Truman Capote par un de ses plus célèbres romans : De sang froid

desangfroid

 

Appeler ce livre "roman" est une faute. Truman Capote le qualifie lui-même de "non-fiction" et donne comme sous-titre à cette oeuvre "Récit véridique d'un meurtre multiple et de ses conséquences".

 

Tout est dans ce sous-titre. Truman Capote, travaillant pour le New Yorker, demande, après avoir lu un article sur un terrible fait divers, de suivre une affaire criminelle. Au lieu d'en faire un simple article, il écrit ce livre, oeuvre profondément novatrice, publiée en 1965 et tirée à plus de huit millions d'exemplaires.

 

desangfroid1En 1959, le meurtre d'une famille de fermiers du Kansas, dans la petite ville d'Holcomb, est perpétré par deux jeunes individus, Perry Smith et Dick Hickok. Après avoir été dénoncés, ils sont pris à Las Vegas puis jugés dans le Kansas. Le verdict est sans appel : ils sont déclarés coupables et condamnés à mort. 

 

Truman Capote mène sa propre enquête, rencontre les meurtriers, visite les lieux. Il interroge les acteurs et les témoins de ce drame.

 

Il en ressort un livre fort, même très fort. Le génie de Truman Capote se retrouve dans chaque ligne. Divisé en quatre parties, on suit l'itinéraire de ces "deux pauv' gars" ainsi que de tous ceux qui ont été happés par ce drame. Rien n'est épargné au lecteur, ni le sang des crimes,  ni le bruit des couloirs de la mort, ni la description de la scène de pendaison. Tout est décrit dans un style journalistique, précis et incisif.

 

Il n'excuse ni ne banalise les faits. Il essaie juste de comprendre, de mettre des mots sur ce crime.

 

Du grand art.

 

PHILIP SEYMOUR HOFFMAN por CapoteJ'ai aussi pu voir le film Capote de Bennett Miller avec Philip Symour Hofffman incarnant l'écrivain. Ce très grand film nous permet de suivre le parcours de Truman Capote pendant la réalisation de ce livre.

 

Philip Seymour Hoffman l'incarne avec génie. On pose des images sur de simples mots.

 

 

 

À voir absolument.

S'il n'y avait qu'un seul livre à lire.

Commenter cet article

clovis simard 17/02/2012 13:56


Voir mon blog(fermaton.over-blog.com),No-9. THÉORÈME CARTER. - LE BONHEUR INCARNÉ !